Revenir au site

{{ Feel the feeling.

Ressentir. }}

 

 

Ce matin, je me suis réveillée dans un état particulier....et en baladant mon chien, des réflexions en lien avec le fait de ressentir me venaient....

Il y a évidemment beaucoup de choses qui se passent en ce moment dans le monde... on peut parler autant de l'agitation humaine qui est presque à son maximum , ou de la Terre qui montre des signes alarmants partout.

Et puis tout ça se passe depuis des mois.

Il faut en avoir, de l'endurance, pour ressentir tout ça au fur et à mesure!

 

Le truc, c'est que notre conscience a plutôt tendance à figer des émotions ou des énergies pour que nous puissions avancer dans nos quotidien que de s'arrêter, de respirer avec, de prendre le temps de réaliser, puis de reprendre notre route. Apparemment, c'est contre-intuitif de prendre le temps, de résister à la rapidité de nos quotidiens...

Pourtant, c'est de cette ressource dont nous avons profondément besoin.

S'arrêter, ralentir, ressentir.

 

Beaucoup de personnes ( dont moi), ressentent des énergies de calme, de vide.... un temps de respiration avant autre chose...

Parfois, ça nous gonfle parce qu'on aimerait juste mettre en place tout ce qu'on a à mettre en place, continuer à galoper, et même accélérer.

En plus, beaucoup de sites et de pages de développement perso nous parle d'accélération quantique, de transformation, d'expansion: ça fout un peu la pression, non?

C'est comme tout: quand on abuse d'une polarité, ça devient écoeurant.

 

C'est écoeurant de trop en faire, c'est écoeurant de ne rien faire du tout depuis longtemps...

Les pressions sont écoeurantes aussi, quand on a toujours vécu sous pression... ( Système intérieur et extérieur...)

Alors, ce vide vient faire un reset.

En dessous, il y a une énergie que je ressens comme blanche, massive, comme un brouillard blanc qui englobe tout.

 

Avec le temps, je sais maintenant la reconnaitre...je ne pourrais te dire avec certitude ce que c'est ni d'où ça vient, mais je pense que c'est une énergie brute, pleine d'amour, si ce n'est que c'est un Amour impersonnel, brut, sauvage qui va encore au-delà de tout ce qu'on met sur ce mot.

Un Amour implacable...

Qui invite, ou pousse à de la lucidité.

Qui arrache des voiles d'illusions ( quand on préfèrerait sans couvrir encore un peu): on a l'impression d'être mis à nu.

 

Donc nos schémas de honte, de dégoût, de deuils non résolus, on se les prend un peu en pleine face.

Certains peuvent (/vont) péter un câble.

D'autres pas: cela dépendra de leurs appuis, de leur ancrage.

Sommes-nous enracinés dans de l'amour ou de la peur? dans de la confiance/ foi dans quoi?

On va parfois aussi se rendre compte que ce qu'on a prit pour de l'amour, ça n'en était pas.

ça fait mal de voir ça, de ressentir ça.

 

J'ai envie de te dire que si tu vis ça, cela ne veut pas dire que toute ta vie est une fraude, et que tu n'as pas de valeur.

Tu en as, de la valeur, ta vie a de la valeur: mais elle n'est pas celle qu'on t'a vendue, ce n'est pas ce que tu as cru.

Ta vie, ton corps ont un fonctionnement merveilleusement perfectionné. En laissant aller ce que tu as cru, même si c'est difficile, tu peux te permettre de redécouvrir la Valeur des choses.

 

Souvent, il y a de la simplicité, de la contemplation, de la beauté, de la minutie à ces endroits-là...

Des choses qu'on ne voit plus, on passe à côté la plupart du temps...

Mais peux-tu imaginer la puissance de cette Simplicité qui revient peu à peu, ce que ça peut impliquer sur nos choix en tant qu'humain ou en tant que collectif?

 

Actuellement, on est dégoûtés, écoeurés et on a l'impression d'être baladés par des décisions gouvernementales qu'on approuve pas forcément. Dégoûtés de découvrir que les bases de notre société s'effrite et que les beaux et grands discours qui parlaient de valeurs pour la France sont vide de sens.

Et puis, nous tournons notre regard vers nous, et nous avons plusieurs tentations:

Adopter des discours éloquents, s'engager pour le Bien ( avec un grand , Afficher des positionnements forts...

Mais bien souvent, encore derrière, il y a de la peur.

 

Et dans cette peur, il y a le refus de notre impuissance, le refus de nos ombres, le refus de voir que nous sommes souvent démunis, que nous nous sentons perdus.

Pourtant, c'est quand on accepte de ressentir cette sensation d'être perdus que l'idée du prochain pas se dessine.

C'est quand on accueille qu'on ne sait pas qu'on peut réouvrir un espace pour apprendre vraiment.

C'est l'une de nos ressources extraordinaires, en tant qu'humains: apprendre ce qu'on ne sait pas pour s'adapter, pour se transformer, pour muter même!

 

Ce matin, en me levant, j'ai senti que j'avais des choses à processer.... mais je vais te confier un secret: je ne sais pas quoi et comment y accéder...

Quand c'est très ancien, c'est pas si simple d'y accéder, du moins en conscience et avec des souvenirs....

Mais deuxième secret: la Vie Sait.

 

Si tu as oublié, si tu n'as plus de souvenirs, ton corps, lui sait.

Et quand tu es activée par une situation du quotidien, quand tu as peur, quand tu es furieux.se, ton corps réagit: noeud dans le ventre, respiration qui se bloque, poids sur la poitrine, envie de te cacher, mutisme, etc...

En fait, c'est ton corps qui vit quelque chose ou qui se rappelle quelque chose.

Mais dans les deux cas, tu peux faire une chose: accueillir la manifestation, observer avec curiosité, respirer avec, laisser évoluer dans ton corps.... sans laisser ton mental interpréter ce qu'il se passe.

Respirer avec, c'est puissant.

 

J'en parlais tout à l'heure avec @Juste Audrey Anne qui propose des ateliers de Breathwork en ligne: le processus est simple, puissant, mais accessible dans avoir besoin d'outil.

En revanche, il faut être prêt à ressentir le corps, à l'accueillir, à lui faire de l'espace et à renoncer à croire les voix du mental.

Alors, pour ma part, je peux observer que des parts de moi ont besoin de soutien, encore.

Et tant que je ne les aurais pas écoutées, je ne serais pas entièrement disponibles pour les nouvelles choses qui arrivent dans ma vie.

 

Alors je vais poser téléphones et ordinateurs, m'asseoir dans la lumière du jour et me laisser ressentir les crispations, la douleur, les peurs et dégoûts* et ça prendra le temps que ça prend.

J'ai maintenant pas mal d'outils pour le faire.

 

* Si tu as vécu des choses violentes dans ton corps: abus, viol, envie de mourir, angoisses et crises de panique, scarifications, j'attire ton attention sur le fait qu'il faut que tu sois accompagnée avec une personne près de toi pendant ce processus: les manifestations dans le corps peuvent être fortes, intenses et si tu crains cette intensité, effrayantes.

Contacte des personnes formées à l'accompagnement des traumas ( tu peux découvrir le travail de Juste Audrey-Anne , ou de Virginie Luz Rastello Luminescences ) et sache que ce travail te mènera à ce que tu recherches dans ta vie, au niveau relationnel, corporel, et même professionnel.

Tu comptes, tu as de la valeur, mais ce que tu as vécu dois être accueilli, enfin...

Ce type de travail est de mon point de vue une hygiène et une ressource essentielle pour les mois/ année à venir.

Pour revenir dans le corps, revenir dans la simplicité, et surtout, ne pas s'embarquer dans le mental et le remettre à sa juste place.

Take care!

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK