Revenir au site

L'énergie sous-jacente

{{ Ce qu'il se cache derrière beaucoup de posts de réseaux sociaux, ici et là...}}

{{ Ce qu'il se cache derrière beaucoup de publications, ici et là...}}

So Presomptuous! Mais j'ose...

J'ai envie de te parler d'une énergie dont on ne parle pas tant que ça actuellement, mais qui touche beaucoup plus de personnes qu'on croit, surtout dans le domaine du coaching et de l'entreprenariat conscient.

Depuis plusieurs mois, j'ai eu des discussions passionnantes avec des entrepreneurs que j'aime.

Des personnes sensibles, qui ont travaillé sur elles, et qui peuvent nommer des nuances: quand je parle avec elle, je sais qu'on ne parle pas des émotions basiques, ou des méditations cools qui satisfont l'égo.

On parle de conscience, de chaos, de vide, d'espace et d'entre-deux.

Et depuis plusieurs mois, nous sommes nombreux à vivre et à observer une énergie très particulière.

Celle du non-mouvement.

Peut-être est-ce l'énergie du fameux point zero, mais tous, nous nommons que nous n'avons jamais exploré cet endroit comme ça.

Des questionnements profonds sont apparus, et sont encore en court: des croyances se dissolvent, un vide s'installe.

Pourquoi courir? Pour aller vers quoi?

Et pour de nombreuses personnes, même des personnes que tu suis, qui font plein d'argent, ce mouvement, je le sens en arrière-plan: en vérité, elles ont beaucoup moins vendu ces derniers mois, et j'ai parfois vu des posts, super bien écrits, mais qui vibraient néanmoins dans une sensation d'urgence.

Et puis, une grande partie des industries de l'accompagnement est basée sur la croyance en un monde meilleur, sur la vibration " on va changer le monde" qui donnait une direction.

Mais si la croyance est dissoute, il n'y a plus de direction claire.

Alors est-ce que ça veut dire qu'on ne va plus nulle part?

Et bien... la notion d'aller est remplacée par la notion de temps présent, d'être et de ce qui se fait à partir de là.

Ce n'est pas un hasard si beaucoup de personnes se tournent vers la spiritualité, vers le fait d'accompagner les personnes à plonger au coeur de l'être.

Parce que c'est la seule direction ( de mon point de vue) : l'exploration de ce qui est là maintenant.

A t on vraiment besoin de quelqu'un pour faire cette plongée?

Non, et oui.

Non, parce que la décision et le mouvement se font en toi, par toi... mais oui, parce que plonger en soi ramène souvent à la surface des histoires, des traumas, des réactions du système nerveux, des soubresauts du mental et bien qu'il existe des méditations pour se dépouiller du personnage, en réalité, le personnage co-existe, et on peut en avoir besoin au quotidien!

Être accompagné par quelqu'un qui a l'expérience de ces visites en profondeur permet souvent plus de douceur, et que de nouvelles croyances ne se glissent pas dans les interstices...

Très souvent, c'est ce qu'il se passe: nous remplaçons des croyances par d'autres croyances.

Pour finalement reproduire des schémas, mais juste dans un nouveau contexte.

C'est ni bien ni mal, mais c'est un point de vigilance à avoir.

Je vois, notamment que dans le business conscient, de nombreuses personnes ont reproduit tout un tas de comportement, de mouvements qu'elles dénonçaient pourtant dans " l'ancien monde".

Hop, un coup de polish spirituel et ça passe.

Il y a réellement une énergie de renouveau: une énergie qui amène à se questionner, à se renouveller, à créer ce qui n'existe pas encore.

En un sens, une énergie qui amène de la pression ( et c'est cette pression qui peut amener de la transformation, comme la pression sur le carbone qui devient diamant, ou tout autre pierre crystallisée)

Mais cette pression débouche pour le moment sur un espace de Vide, de non-Vie, de non-Chaos, de non-mouvement, de non-vouloir, de non-élan.

Il se peut que notre mental s'affole en une longue litanie de pensée qui n'ont pas réellement de sens.

Il se peut qu'il y ait là une invitation profonde de la Vie.

Revenir à une simplicité nue, crue.

Revenir à ce qui est là, en nous.

Revenir à ressentir le corps qui va, qui se place ici ou là, le corps, l'être qui agit à partir de Rien.

On peut vivre ça avec crispation, ou vraiment lâcher les rênes et vivre ça avec confiance. Ou les deux ! 😁

Je vois là une invitation incroyable d'approfondir la confiance, la foi même en la Vie.

Mais je vois aussi l'invitation à être vrai et à arrêter toute source de distraction, toute chose qui nous éloigne de notre Soi supérieur et de notre Essence.

Et ça, ça peut faire mal.

C'est douloureux ( éventuellement) parce que les modes de fonctionnement: tractations émotionnelles, dettes affectives, jeux de pouvoir se dissolvent, et on ne ressent plus l'envie ou l'élan d'être en relation avec certaines personnes.

Difficile, aussi, parce que les tractations émotionnelles, c'est aussi avec l'argent qu'on a joué à ça.

Et quand on a appris à faire de l'argent en échange de notre intégrité, ça fait peur.

Guess what? la majeure partie d'entre nous fait de l'argent au détriment de son intégrité.

J'entends par là que la majeure partie des personnes, tous domaines confondus, sont encore accrochés à l'idée du Travail où il faut en baver pour réussir, ou celui où on se sacrifie par peur ou par amour de l'idée que nous entretenons à propos de ce travail.

Particulièrement les endroits où nous sacrifions, physiquement ou relationellement sont actuellement mis en lumière.

ça pique, ça fait mal, ça agace, ça fait peur...

Mais l'invitation derrière reste celle de l'Amour.

Voir et embrasser ce qui est.

Se rencontrer et voir qu'il y a peut-être à apprendre à travailler autrement qu'en se mettant sous pression.

Réapprendre la patience, la lenteur, les étapes...

Je peux te donner un exemple du quotidien: actuellement, je me suis lancée dans la rénovation des murs de certaines pièces de ma maison.

Il y a en arrière-plan une envie de ressentir quelque chose: détente et bien être, harmonie. C'est plus un ressenti énergétique/ naturel qui m'amène à passer à l'action.

Et pour peindre un mur, il y a plusieurs étapes, donc il y a bien des choses à faire, un travail à effectuer.

Le ressenti profond qui me motive à faire une chose que je n'ai jamais faite ( en l'occurence, un enduit) me permet d'entrer dans cet action avec innocence et de faire de mon mieux. Une étape à la fois. En prenant les temps de séchages nécessaires entre les couches.

Pendant que je peins, mon esprit se met au repos. De temps en temps, une pensée me traverse, notamment des pensées pour mes client.e.s ... je me dis parfois que je devrais leur envoyer un mp pour prendre de leur nouvelle, à ce moment là... mais quand je sors de la peinture, la pensée est silencieuse et calme, ce qui fait que je n'ai rien à dire, en fait!

Je sens que pendant ces étapes totalement banales du quotidien, quelque chose s'inscrit tranquillement dans mes cellules.

Actuellement, l'humanité est invitée à plonger dans ses profondeurs. Pourquoi, pour quoi, pour qui?

Il n'y a pas de réponses.

Il y a un mouvement. Revenir au centre à partir duquel de nouvelles choses s'écrivent.

Cesser les projections vers l'ailleurs, vers le futur.

On a rendez-vous là, maintenant, dedans.

La course aux paillettes et à l'argent ne sont pas la priorité énergétique.

L'heure est au dépouillement ( le nombre de personnes qui trient, actuellement leur maison, qui s'allègent est aussi un bon indicateur) , à la justesse, aux actions simples, et au fait de retrousser ses manches et s'attaquer au travail à effectuer.

Petites actions, grandes actions, peu importe.

Le chemin invite aussi parfois à escalader des montagnes, ou à trouver un moyen d'aller au-delà: la contourner? Faire un tunnel?

L'appel vibratoire peut nous emmener loin, ou juste sous notre nez.

Dans tous les cas, on le parcoure avec tout ce qu'on est. Avec toute notre humanité.

Avec toutes nos parts intérieures.

Alors autant les rencontrer. Autant les aimer, pour avoir de bonnes compagnes de route, n'est-ce pas?

Et qu'en est-il de s'aimer, quand il n'y a plus rien? Plus d'élan, plus d'envie d'être utile, ou qu'on ait besoin de nous pour nous faire exister?

C'est ça, le détachement proposé actuellement: Toute motivation liée plus ou moins subtilement aux regard des autres s'efface.

L'épreuve ultime de l'amour de soi, la rencontre de ce qui est, qu'on peut vivre en tension, ou vivre en détente, en acceptant ce mouvement.

Le retour au point 0 qui questionne la valeur : la nôtre et celle de l'humanité.

Cela peut ressembler à un espace non-émotionnel, où les émotions ne sont plus non plus l'indicateur de la connexion:

Et cela questionne: puis-je relationner, et sur quel base s'il n'y a plus de motivation ou de stimulation émotionnelle?

Puis-je relationner, si je n'ai plus d'objectif sur l'autre?

Puis-je relationner si je n'ai pas d'opinion personnelle sur tel ou tel sujet?

Sortir des jeux relationnels donne l'impression de sortir de la Matrice.

Et cela donne une toute nouvelle perspective, parfois confortable, parfois inconfortable ou neutre.

Après cela, souvent, il y a un choix de revenir habiter la matrice, autrement.

Mais plus de personnes sortent de cette matrice initiale, et plus quelque chose d'autre se crée.

Une autre matrice, sans doute. qui sera utile et approprié jusqu'au moment où elle ne le sera plus...

La question qui reste, derrière tout ça, est finalement celle de la détente.

Qu'on comprenne ou non ce qu'il se passe, que ce que j'ai décrit plus haut soit vrai ou faux, comment vivre ces mouvements sans se crisper?

Avec amour. Avec acceptation. Avec curiosité. Avec innocence. Avec lucidité. De là, naît l'intégrité.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK