Pendant les repas de fête en famille, quels sont mes besoins ?

Home » Cheminer » Pendant les repas de fête en famille, quels sont mes besoins ?

Et lesquels sont satisfaits quand j’accepte de venir à une réunion de famille (où je sais que je vais peut-être être critiqué(e) )

Ou : pourquoi j’accepte de me prendre la tête alors que j’aurais plutôt envie d’un Noël façon « Heidi à la montagne »

Alors que dans mon dernier article je vous décrivais comment les Accords Toltèques peuvent nous aider à prendre de la distance par rapport aux éléments, il me semble qu’apprendre à être clair(e)s avec nos besoins est indispensable pour parvenir à la justesse de notre parole.
Pour cela, j’aime beaucoup l’approche de la CNV :

Dans chaque situation nous choisissons de nourrir certains besoins.

Nos sentiments, confortables ou inconfortables proviennent du fait que nos besoins sont nourris ou ne le sont pas.
Ainsi, pour apprendre à être clair(e)s avec nous-même avons-nous tout intérêt à régulièrement faire le point, nous consulter et observer notre météo du moment, et les besoins rattachés à ces émotions.
Pour découvrir ces besoins essentiels, je vous invite à consulter cette liste, ici,qui montre à quoi ressemblent les besoins de l’être humain. Tous les êtres, oui, même ceux qui vous agaçent !
Ces besoins s’expriment par nos émotions et nos sentiments (qui , eux sont souvent liés à des pensées associées aux émotions, aux contextes que nous jugeons, etc…).
Voici une liste de sentiments quand nos besoins sont satisfaits, ainsi qu’une liste quand nos besoins ne sont pas satisfaits.

Petit exercice :

Ainsi, pendant plusieurs jours, je vous propose, avant les fêtes, de faire le point. Une ou plusieurs fois par jour. En réalité, ça ne prend que 3 minutes !!!
Imprimez les listes des besoins et des sentiments, et régulièrement, dans votre journée, faite une pause pour noter comment vous vous sentez, puis allez chercher dans la liste des besoins ceux qui sont satisfaits, et ceux qui ne le sont pas.
Profitez de chaque occasion, surtout à un moment où vous vous sentez stressé, ou énervé, ou même triste. Il n’y a pas besoin d’être en méditation ou au calme pour le faire !

Juste d’avoir avec vous vos listes et de quoi noter vos émotions.
Vous allez probablement vous rendre compte, au bout de quelques jours (idéalement, 21j) que vous avez tendance à noter des besoins qui reviennent souvent… Il s’agit peut-être de votre mélange personnel… Ces besoins sont ceux qui sont les plus important pour vous dans cette période, ou peut-être même dans votre vie entière ! Et c’est très précieux de le découvrir pour être capable de faire des choix qui vont vous amener progressivement vers votre vie rêvée !

Mais une fois que les besoins sont repérés, comment les satisfaire ?

Il est important de comprendre que nous sommes les seuls responsables de nos besoins .

Pourquoi ? Parce que tant que nous pensons que les autres peuvent les satisfaire, nous nous maintenons dans un état de dépendance qui ne peut que créer du manque.

Alors, tout simplement, lorsque nous détectons un besoin, nous allons ensuite « nous asseoir avec celui-ci. Prendre le temps de le goûter, de l’observer.

Puis, tout naturellement, une demande va émerger. A nous-même ou à quelqu’un d’autre, cette demande doit être réalisable, concrète, précise, etc…

Si elle s’adresse à quelqu’un d’autre, nous ferons cette demande de façon respectueuse, en tenant compte des besoins de l’autre : « Est-ce que tu serais d’accord pour… ? »

Il se peut que cette personne ne soit pas d’accord, ou pas disponible. Il est alors important de l’écouter attentivement pour comprendre son besoin, et de nous écouter attentivement pour observer quels sont les sentiments que ce « non » génère.

635800176598182836-1198077097_20130915-190532

Quelques ressources à découvrir :

Et puis parfois, c’est à nous de poser une limite, un non respectueux.

Je vous invite à visionner cette vidéo tellement claire d’Isabelle Padovani :


Ce processus ,de prendre le temps de repérer nos besoins et de les honorer en leur donnant un espace d’expression (en nous) s’appelle l’auto-empathie.

Et prendre le temps de nous donner de l’auto-empathie est un merveilleux moyen de laisser aller l’agacement ou la colère pour se concentrer sur nous.

Nos besoins d’être humains sont beaux. Ils sont légitimes.

Et bien souvent, en se connectant à eux, nous découvrons plus facilement les besoins cachés sous les jugements :

Bien sûr, dans l’idéal, cet approche se pratique tout au long de l’année. Mais je vous assure qu’en ayant à portée de main une petite liste de vos besoins et de vos sentiments, vous aurez déjà un outil très puissant qui peut déjà transformer beaucoup de discussions autour d’un repas de fête !
Je serais ravie de lire vos commentaires à ce sujet sur ma page fb, ou sur ma page contact, sur mon site www.isabellesalomon.fr
Dans mon prochain article, je vous parlerais d’une troisième approche pouvant vous libérer de vos traumatismes de Noël !
Stay Tuned !

Comments

  1. c’est vrai que c’est une période très difficile à gérer
    merci pour ces articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Adresse

17 rue Le Sillon du Bas Matz
44260 Savenay
France

tel: 06 64 93 71 14
email: rf.no1503516071molas1503516071elleb1503516071asi@e1503516071lleba1503516071si1503516071
Suivez moi sur Google+

Me situer

Demande de contact

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Accompagner, Ecouter, Mettre en mots