Les Accords Toltèques pour les enfants

Home » Cheminer » Les Accords Toltèques pour les enfants

Les accords toltèques sont pour moi une source inépuisable d’inspiration quant à l’autodiscipline que j’aimerais atteindre.

Ceci dit, étant mère de 4 enfants, j’ai très envie de les élever à la fois dans un climat de respect et de bienveillance, mais j’aimerais aussi qu’ils grandissent avec ce cadre , et cette envie de devenir « Artiste de leur vie ».

Là où est le paradoxe, c’est que pour les élever, je dois leur fournir des accords qui m’appartiennent, ou qui appartiennent à ma lignée, croyances avec lesquelles ils couperont en devenant adultes.

Pas si simple de leur fournir le cadre et la liberté de choix sur un même plateau!

Coopération et implication des enfants pour établir les règles de la maison

Suite à un important conflit entre mes aînés, j’ai eu avec eux une intéressante discussion autour de l’objectif de ne pas reproduire leur bagarre.

Nous avons essayé la résolution de conflit, mais nous n’avons pas réellement trouvé, cette fois là, de solutions..Par contre, la discussion s’est ouverte sur d’autres demandes intéressantes:

Je leur ai proposé de leur afficher les Accords Toltèques et ils étaient motivés, mais ne trouvant pas d’images et d’explications simples, je leur en ai recréées.

Les Accords Toltèques, c’est quoi?

Les Accords Toltèques enseignent comment prendre la responsabilité de nos vies en s’alignant sur nos ressentis.

Il s’agit d’apprendre à s’exprimer de façon consciente, c’est à dire en veillant à exprimer des choses qui nous appartiennent, de façon positive. Il est également utile de surveiller nos pensées et d’apprendre à ne plus nous juger sévèrement.

C’est d’autant plus important que beaucoup d’enfants se dévalorisent souvent: « je suis nul,je n’y arriverais pas, etc… »

Il est ensuite conseillé de ne pas prendre les choses de façon personnelle: ainsi, il nous faut apprendre, et nos enfants avec nous, à ne pas prendre pour nous ce qui est fait ou dit par autrui.

On part du principe que chacun vit dans sa bulle, et que ce qu’il dit ou fait est fait en fonction de ses propres filtres, valeurs, histoires. Donc si quelqu’un dit ou fait quelque chose de blessant pour nous, il ne faut pas le prendre mal, ou le prendre pour nous. Il faut le relâcher, et le replacer dans le contexte: cela appartient à l’autre.

De même un compliment ne nous est pas vraiment adressé: il parle de ce qui est agréable à l’autre, mais pas de ce que l’on est.

Enseigner à un enfant de ne pas tenir compte des moqueries, ou des compliments de ses pairs n’est pas évident. L’enfance est une période vulnérable où l’enfant construit aussi sa personnalité en fonction de son entourage, d’où l’importance de lui offrir un environnement sain basé sur le respect, mais aussi lui fournir des modèles fiables de parents ancrés et conscients qui savent ne pas prendre les choses de façon personnelle.

Le troisième accord propose de ne pas faire de suppositions. En effet, lorsqu’on suppose que telle personne agit de telle manière parce qu’elle veut probablement ceci ou cela, on ne peut que se tromper, puisque cette personne n’est pas nous, et qu’elle vit dans sa bulle, sa réalité.

Plutôt que de supposer, il est donc indispensable d’oser poser des questions, et d’écouter attentivement les réponses jusqu’à être sûr d’avoir compris. Et même quand on pense avoir compris, il peut être utile de reformuler ce que nous croyons être juste pour en être sûr. Il faut nous assurer d’avoir une compréhension aussi claire que du cristal, ceci afin d’éviter tout malentendu.

Je constate, bien souvent, que les enfants apprennent les choses à la volée, et lorsque je leur demande le sens exact d’un mot, il n’est pas rare que leur définition soit légèrement erronée, même lorsqu’ils l’emploient dans le bon contexte. De même, lorsque vous donnez une consigne, n’hésitez pas à vous assurer que celle-ci est bien comprise, vous risquez d’avoir des surprises!

Enfin, le dernier accord vous demande de toujours faire de votre mieux, afin de ne pas prêter le flanc à votre juge intérieur. En effet, lorsque vous faites de votre mieux, il est inutile de vous auto-flageller en vous lamentant de ne pas avoir mieux fait, ou de ne pas avoir fait différemment. Ce que vous avez fait, vous l’avez fait en fonction de certains paramètres, et en prenant une décision qui vous a parut juste sur l’instant.

Cet accord vous demande aussi d’être vigilant à être aligné dans votre parole et vos pensées, et de suivre les autres accords à chaque instant.

Dans le cas d’un enfant, cela lui permet probablement d’apprendre à agir de façon juste, en prenant la responsabilité de son action.

Tous ces accords sont justes et passionnants, mais pour les enseigner à nos enfants, il faut les vivre, et les incarner. Ceci dit, les afficher permet de leur montrer ce que vous souhaitez réaliser, vous permet de les relire régulièrement, mais aussi leur permet peut-être d’y réfléchir peu à peu, et d’essayer, à leur tour de les appliquer.

Si vous souhaitez afficher les Accords à vos enfants, vous les trouverez ici:

L’échelle des émotions

Et puis il m’ont demandé des échelles de la colère en couleur, parce qu’ils détestent qu’on leur demande de raconter comment ils se sentent, comment sont leurs émotions lorsqu’ils sont en conflits.

Je pense leur proposer un atelier collectif, pour qu’ils expriment les émotions qu’ils connaissent, reconnaissent (reconnaissance faciale) ou vivent parfois, et pour qu’on y attribue une couleur. Cela va me permettre de voir comment ils perçoivent les émotions, et de vérifier leur vocabulaire à ce sujet.

J’avais déjà, depuis plusieurs mois, affiché des listes d’émotions dans la cuisine afin de varier leur vocabulaire, et le nôtre. Objectivement, je ne peux pas certifier que cela porte ses fruits, aussi ai-je envie de voir, dans cet exercice comment ils se débrouillent…

Pour ceux et celles qui souhaiterait les trouver déjà fait, il y a aussi la possibilité de le faire avec des pictogrammes: http://www.lespictogrammes.com/boutique.php

Et chez vous, ça se passe comment: Est-ce que ça rassure vos enfants, que vous leur demandiez comment ils se sentent, ou est-ce que vous avez l’impression que ça ne les aide pas tant que ça?

N’hésitez pas à partager vos expériences en la matière !

Comments

  1. Bonjour!

    Je trouves votre recherche sincère et inspirée par l’amour de vos enfants. Je suis d’un naturel prudent quand à enseigner les choses spirituelles et psychologique trop tôt aux enfant mais car j’ai peur d’un phénomène de rejet pour le jour où ils sont mûr ou encore de « retournement » de ces outils pour juger les autres (et surtout leur parents!). Les enfants comme le dit D.M Ruiz apprennent en priorité en observant leurs référents plus qu’en les écoutant. Cela reste mon point de vue car après tout ce qui compte n’est-ce pas l’action?

    si vous avez un facebook n’hésitez pas à intervenir pour partager vos démarches qui ne manqueront pas d’intéresser les gens. Au plaisir!

    Aurélien, administrateur de la seule page francophone non fantaisiste sur les 4AT

  2. Bonjour Aurélien,
    Merci pour votre commentaire pour cet article, d’autant que vous pratiquez les Accords toltèques depuis quelques années.
    Il est exact de dire que les enfants apprennent mieux des actions de leurs parents que de leurs paroles. Et c’est la raison pour laquelle je pratique les Accords depuis plusieurs années également.
    D’un autre côté, mes enfants ont des exemples parfois « violents » dans la parole à travers les relations à l’école, ou en regardant la télé (chez leur papa). Cela fait une dizaine d’année que je chemine à leur côté avec des outils de communication non violente, et j’ai trouvé que la simplicité, mais surtout la vérité des accords Toltèques s’intégrait tout à fait dans la recherche de l’authenticité de la relation.
    Je pense qu’il est possible de leur raconter les accords sans au préalable leur parler du « déconditionnement » que je pense leur dévoiler au fur et à mesure qu’ils grandissent. Je suis bien consciente qu’à un moment ils souhaiteront peut-être se détourner de mes/nos enseignements, mais je vois aussi qu’ils sont imprégnés de sagesse qu’ils ressortent de temps en temps, au milieu de leur vie d’enfant.
    Les accords Toltèques ne doivent pas être enseignés de force, et ça ne doit pas être un énième précepte que les parents bienveillants vont s’efforcer de suivre. Il y a des étapes intermédiaires qui sont aller rencontrer les blessures du passé à la lumière des Accords, et laisser aller ce qui est erroné, et choisir un nouveau chemin.
    Et c’est ce cheminement -là qui permet aux enfants de peu à peu rectifier leurs perceptions.
    Après, je les ai affiché dans ma maison, et de temps en temps ils viennent les lire, ce qui me permet d’en parler avec eux, après un gros conflit, notamment…
    A bientôt sur FB, (ma page est « Isabelle Salomon Thérapeute »
    Isabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Adresse

17 rue Le Sillon du Bas Matz
44260 Savenay
France

tel: 06 64 93 71 14
email: rf.no1503496707molas1503496707elleb1503496707asi@e1503496707lleba1503496707si1503496707
Suivez moi sur Google+

Me situer

Demande de contact

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Accompagner, Ecouter, Mettre en mots