L’art d’apaiser son enfant

Home » Livres à découvrir » L’art d’apaiser son enfant

Ceux qui me connaissent bien savent que je suis une boulimique de livre…si!si !
Récemment, j’ai eu envie de découvrir le livre de Lise Bartoli, « L’art d’apaiser son enfant ».

41AD2hU5EzL._

J’avais prévu de rencontrer en consultation un jeune enfant assailli par de multiples peurs. Rien d’étonnant, l’enfance n’est pas toujours un long fleuve tranquille, et c’est même souvent le décor idéal pour découvrir, créer, croiser mille et une raisons d’avoir peur…

Bien sûr, tant que je n’avais pas vu cet enfant, je ne savais pas encore de quoi il s’agissait.
Bien sûr, j’ai déjà de nombreux outils qui sont utiles, mais je sens que je tourne depuis quelques années autour des contes guérisseurs, et en voici une nouvelle porte d’entrée.

Lise Bartoli est psychologue clinicienne, psychothérapeute et hypnothérapeute. Elle propose dans ce livre quelques contes qui tournent autour des peurs les plus courantes des enfants telles que la peur du noir, la peur des monstres, les problèmes de confiance en soi, le stress, le sommeil, la séparation des parents (…), mais aussi comment créer soi-même un conte adapté.

L’idée est de s’adresser à la partie du Soi « qui-sait-tout », de façon ludique. On part du principe qu’en chacun de nous sont cachées les ressources qui vont nous aider à trouver des solutions adaptées à chaque cas. Encore faut-il avoir accès à ces ressources.
La relaxation, la respiration consciente, les contes, l’écoute bienveillante sont autant d’outils que nous pouvons mettre à la disposition de nos enfants.

Lise Bartoli propose aussi d’autres idées complémentaires, et ça, ça me plaît vraiment : dans ma pratique, je constate qu’il n’y a pas UNE solution, mais plusieurs, et je pense que donner un maximum d’outils aux parents, réveiller leur créativité leur permet d’accompagner chaque enfant dans son unicité…

Par exemple, pour un problème de sommeil, en plus du conte, on peut fournir des supports symboliques à l’enfant : un attrape-rêve, à fabriquer soi-même pour le charger d’intention, par exemple :

ou encore dessiner le monstre des cauchemars et lui rajouter des détails jusqu’à le rendre acceptable,ou ridicule,ou drôle…tout est possible…

J’ai aussi apprécié le fait qu’elle propose quelques pistes pour les parents, sans culpabilisation.
Il arrive que les enfants captent des émotions de leurs parents, et ces pistes permettent de faire le point sur nos ressentis, nos croyances, ou ce que nous nous cachons.
Sur des thèmes tels que les colères, la peur d’être seul ou des séparations, ou le deuil, il n’est pas rare que nos émotions d’adultes transpirent, et apprendre à être clair avec nous-même est indispensable pour alléger le bagage de nos petits.

J’ai aimé pas mal d’histoires dans ce livre, en lien avec des problématiques que je rencontre avec mes enfants, ou en séances…
et pour vous donner envie d’aller découvrir ce livre, en voici un extrait :

Opale, la petite goutte d’eau, de Lise Bartoli

Je vais te raconter l’histoire d’Opale, une petite goutte d’eau qui s’était installée bien chaleureusement dans un nuage, avec toute sa famille goutte d’eau. Elle avait sa maman, son papa, ses frères et sœurs.
Elle était la plus petite, mais toutes se ressemblaient incroyablement, « comme deux gouttes d’eau », disait-on.
Impossible de savoir qui était qui, surtout qu’ils étaient toujours ensemble. Tous ensemble, ils s’amusaient, se chamaillaient, et quand ils étaient fatigués,ils s’endormaient dans le nuage tout moelleux. C’était la belle vie !

Mais Opale, comme toutes les gouttes d’eau savait qu’elle aurait à vivre toute sorte d’expériences différentes, comme de quitter le nuage pour se jeter dans la mer car c’est ce que font les gouttes d’eau à un moment de leur existence pour ensuite revenir sur leur nuage.
Elles n’aimaient pas ça les petites gouttes d’eau, elles avaient peur et ne voulaient même pas y penser.
Quand on en parlait à Opale, elle s’écriait : « Je veux rester là, à jouer et à me reposer. Je veux rester faire des câlins dans le nuage . »
Parfois, Opale se mettait en colère, se roulait dans le nuage, rien qu’à l’idée de devoir abandonner sa place. Quelque part en elle, elle faisait tout pour continuer à rester au chaud dans son nuage avec ceux qu’elle aime.
Mais Opale avait beau espérer, le grand jour arriva tout de même.

(pause)

Le nuage se rapprochait de la mer. Il fallait se préparer à sauter !

(pause)

La petite goutte d’eau se sentait toute triste, tellement triste qu’elle commença à pleuvoir, et dut quitter son nid douillet. Elle criait, pleuvait, criait, pleuvait et se sentait abandonnée, toute seule dans les airs. Qu’elle était malheureuse !

(pause)

Elle se posait mille questions : qu’allait-il se passer ensuite ? Comment allait-elle retrouver toute sa famille gouttes d’eau ?
Ce que ne savait pas Opale, sans doute parce qu’elle était toute jeune, c’est que les familles d’eau se retrouvent toujours après, et qu’elles ont alors des tas de choses à se raconter.

(pause)

Quand elle eut fini de tomber, elle sentit la douce sensation de la mer. Une mer qui l’accueillait avec chaleur, tellement heureuse d’accueillir cette jolie goutte d’eau. Et l’instant d’après, après avoir eu bien peur, Opale s’aperçut qu’elle se retrouvait avec toute sa famille en une seule et même vague ! Qu’elle était contente !

(pause)

C’était la première fois qu’Opale devenait une vague, et c’était en effet une expérience drôlement forte. C’était un peu comme monter sur tous les manèges en même temps. Elle sautait partout. Elle n’avait jamais connu un tel bonheur. Que c’était bon…
Leur vague se dirigea vers la plage, et là ils purent tous se reposer,réunis en clapotis tout doux. Encore tout retournés par tant de plaisir.
En remontant sur le nuage, Opale raconta son expérience à tout le monde. Puis se reposa, au calme sur son nuage.

(pause)

Depuis, Opale s’est séparée mille fois de son nuage ! Et à chaque fois, elle grandit pour devenir une belle goutte d’eau, pleines de souvenirs et de joies.

(pause)

Parfois, elle a un tout petit pincement, mais ça passe très vite, parce qu’elle pense à tout ce qu’elle va vivre et raconter après, lorsqu’elle retrouvera tout le monde dans la vague, ou en remontant sur le nuage…

En attendant, voici quelques règles à respecter si vous voulez essayer d’inventer une histoire pour votre enfant…

_ Racontez lui cette histoire dans un moment de calme, pourquoi pas après un temps de relaxation guidée (il y a des propositions dans ce livre, ou dans « Calme et attentif comme une grenouille, Eline Snel, Marc Boutavant et Jacques Van Rillaer )

_ Votre héros ou héroïne doit vivre une problématique similaire à celle de votre enfant.

_ Des obstacles qui l’empêchent de vivre ce qu’il souhaite

_ Une résolution de problème qui lui permette d’atteindre son but : avant de trouver la solution, le héros doit rencontrer des épreuves, symbolisant les difficultés de votre enfant, par exemple.

_ Le récit se déroule hors du temps et de l’espace : il y a bien longtemps…ou très loin d’ici…

_ Quelques pauses après un mot important lui permettront d’être mis en valeur…

_ Acceptez ce qui vous passe par la tête : image, symboles, personnages, objets…

_ Le héros peut être humain, ou peut-être un objet. Choisissez un héros de même sexe que votre enfant pour qu’il puisse s’identifier, avec un prénom, ou un signe particulier : frimousse, coquin, joyeux, grincheux…

_ Assemblez les idées dans les analyser (et renoncer à expliquer votre enfant les similitudes avec lui. Racontez le conte et laissez agir…).

_ Inventez une fin positive, mais pas magique. C’est au héros de trouver ses solutions. On peut utiliser des outils magiques, mais ce n’est pas la magie qui résout tout d’un coup de baguette magique…(hélas…vous avez remarqué comme dans la vraie vie les baguettes magiques sont rares???)
«  Et le prince comprit comment faire pour aller de mieux en mieux. Il savait qu’il avait en lui toutes les capacités pour trouver des solutions pour chaque événement qui surgirait dans sa vie… »
L’idée est d’ouvrir une nouvelle voie, faisant appel à la « Partie-qui-sait-tout » pour induire la créativité dans les prochains défis de votre enfant…
_ Lancez-vous, amusez-vous !

Je dis ça, j’essaierais prochainement d’en écrire un ….et je serais curieuse d’avoir un aperçu de vos créations…
🙂

En attendant, voici quelques contes pour enfants que j’ai particulièrement apprécié :

Nuage ne se sent pas à la hauteur : La confiance en soi, A partir de 6 ans ),Sylvie Sarzaud (Auteur) Pépinot (Illustration )

514AFt4K6YL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_SX385_SY500_CR,0,0,385,500_SH20_OU08_

Caneton veut garder sa maman pour lui : L’arrivée d’un cadet, A partir de 4 ans [Comic]
Sylvie Sarzaud (Auteur), Tiziana Romanin (Auteur)

51ZVdOni9fL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_SX385_SY500_CR,0,0,385,500_SH20_OU08_

Petite feuille n’aime pas le vent : l’autonomie, A partir de 4 ans [Comic]
Sylvie Sarzaud (Auteur), Sylvain Mérot (Auteur)

51vIWZbBf4L._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_SX385_SY500_CR,0,0,385,500_SH20_OU08_

Crédit photo: www.morguefile.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Adresse

17 rue Le Sillon du Bas Matz
44260 Savenay
France

tel: 06 64 93 71 14
email: rf.no1507950873molas1507950873elleb1507950873asi@e1507950873lleba1507950873si1507950873
Suivez moi sur Google+

Me situer

Demande de contact

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Accompagner, Ecouter, Mettre en mots