Joyeux anniversaire!

Home » Non classé » Joyeux anniversaire!

Aujourd’hui, j’ai 37 ans.
Ce chiffre m’impressionne un peu. Pourtant, il n’est pas dans ce qu’on considère comme un « compte rond » : 35 ou 40 ans…

Je me sens reconnaissante de la vie que je mène et de tout ce que j’ai appris ces dernières années.
J’ai appris principalement à me choisir, depuis 5 ans.
Et c’est un apprentissage toujours en cours !

Apprendre à me choisir a changé beaucoup de choses dans ma vie.
Mon couple a complètement changé et évolué, de même que ma vision du Masculin et du Féminin.

Pourtant, c’est particulièrement dans ma parentalité que les changements se sont installés.
Il y a quelques années, quand mes enfants étaient petits, je faisais partie de ces mamans « bienveillantes à tout prix » : le mien.
Je n’hésitais pas à me sacrifier au nom de la tolérance et par peur de mal faire.
Dès que je suis devenue Maman, il y a 12 ans, j’ai lu beaucoup de livres sur la parentalité non-violente et j’avais à cœur de bien faire pour réparer mes propres traumatismes d’enfant.

Pour moi, écouter mon enfant, être disponible pour elle ou lui à tout moment était une priorité.
D’une certaine façon ça l’est toujours, mais ce qui a changé, c’est que j’ai appris à me positionner.

etre à lecoute
Là où j’avais tendance à remettre en cause tout ce qui avait trait à l’autorité car j’y voyais une contrainte de l’enfant par l’adulte, j’ai découvert comment incarner une autorité qui me paraît plus juste aujourd’hui.
En questionnant le pourquoi du « bonjour, pardon, merci » obligatoire, en observant beaucoup, j’ai effectué une sorte de grande boucle pour revenir maintenant à des notions plus « acceptables » pour la majorité des gens : oui maintenant, il m’arrive de demander à mes enfants de faire un effort pour saluer ! (humour)

Aujourd’hui, l’autorité, les règles, les limites sont pour moi le résultat d’un cheminement intérieur. Il ne s’agit pas d’appliquer la norme parce que nos parents ont toujours fait comme ça.
Ni de vouloir appliquer à tout prix un concept bienveillant.

Je sais maintenant que la bienveillance est un cheminement qui ne peut faire l’économie d’un travail en profondeur sur nous-même, nos propres limites, nos blessures. C’est un travail qui n’a pas de fin, mais on peut toujours le commencer dès la naissance de notre enfant : il n’est jamais trop tard.

C’est parfois un travail qui a besoin d’accompagnement, de beaucoup d’empathie et au fil du temps j’ai glané plusieurs outils.
Est-ce nécessaire ? Honnêtement, je pense que oui. Aujourd’hui plus que jamais, nous avons des possibilités incroyable d’accès aux soins : physiques, émotionnels, psychologiques ou spirituels.
Il est temps de vraiment faire le point sur qui nous sommes, sur nos bagages transgénérationnels et sur ce que nous murmure notre âme.
Je trouve que nous le devons bien à nos enfants : pourquoi reproduire sans cesse les mêmes schémas ?
Pour que nous reproduisions sans cesse les mêmes peurs ? Les mêmes guerres ? Les mêmes destructions sur la Terre ?

Se positionner, prendre la responsabilité de guérir me semble être la seule issue, pour nous et nos enfants, et cela dépasse de loin la seule question de l’autorité !

Pour revenir à ce thème, je vois régulièrement en séance de jeunes parents perdus dans tous les diktats de la parentalité non-violente.
Je me reconnais en eux. Et grâce à eux, j’avance toujours un peu plus loin dans l’écoute de mon histoire.
Je constate qu’en dehors des fois où les Sagesses de leur enfant a une information importante à leur délivrer, la plupart du temps il s’agit pour les mamans en particulier d’accepter de ne pas se cacher derrière leur enfant.
De trouver leur raison d’être, leur mission de vie ou du moins ce qui les ressource.
Être mère, être parent n’est pas une fin en soi .
Nos enfants attendent de nous que nous les laissions grandir, nous montrer leurs talents spéciaux sans croire que nous savons à leur place. Mais surtout, ils attendent de nous que nous les inspirions en choisissant de vivre selon nos valeurs profondes.

Et je ne veux pas croire que ces valeurs soient mortifères.
Je pense que les valeurs profondes de l’humain sont altruistes et au service de la vie.
Chaque fois que nos valeurs sont basées sur des peurs, elles conduisent à l’étouffement d’un élan de vie. Ce sont ces points-là qui sont à aller guérir…

Mais en dehors de ces peurs, nos enfants ont non seulement besoin d’espace pour créer leur réalité, mais aussi de directions.
Dans les 7 lois spirituelles pour les enfants, Deepak Chopra explique que c’est juste de leur proposer une direction ou des pratiques spirituelles dès lors que nous avons conscience que ces pratiques seront probablement remises en questions dès l’adolescence.

51zIF-irPiL._SX308_BO1,204,203,200_
Il en va de même de nos choix de vie ! La plupart des enfants vont questionner ce qui les entoure.
Notre rôle est alors d’incarner nos choix, de leur expliquer ce qui est vivant en nous et pourquoi nous tenons à ceux-ci.
D’où l’importance de se connaître avec lucidité !

Là où les choses se compliquent, c’est que beaucoup d’enfants, aujourd’hui, se questionnent dès qu’ils savent communiquer !
En ce qui me concerne, ça a été le cas et depuis 12 ans, je dois répondre presque quotidiennement à leurs remises en questions.
Pou être honnête, il m’a fallu apprendre à ne pas prendre les choses de façon personnelle, mais surtout à me mettre à leur niveau en reformulant leur question pour essayer de comprendre quel était le niveau de réponse attendu.
Cette dernière nuance, je l’ai apprise l’année dernière, c’est dire si les choses ne sont jamais acquises !
J’ai appris que ma grande de 12 ans, qui a parfois tendance à ne pas écouter nos réponses, ce qui passe pour certaines personnes pour du désintérêt ou de l’insolence, n’enregistre pas les réponses si elle ne sont pas sur le niveau de profondeur qu’elle attend. Niveau qu’elle n’arrive pas à formuler la plupart du temps !
La pratique de la CNV depuis le mois de Septembre dernier m’aide vraiment à investiguer avec elle pour l’écouter et la comprendre davantage. Et depuis, les situations de conflits sont presque des anciens souvenirs !

Il m’arrive maintenant de poser mes limites en m’écoutant avec bienveillance. Et si je hausse le ton, je peux en général rapidement me reprendre et clarifier ma demande sans attaquer mes enfants, les menacer ou prendre un ton suppliant.
Plus rarement, je pose une sanction. En général c’est en lien avec le temps d’écran que je vais suspendre momentanément, le temps de reprendre un rythme correct.

Je ne sais pas ce que me réserve ma 37ème année comme nouveaux apprentissages mais ce que je sais, c’est que je vais goûter avec joie le fait de passer du temps avec eux, de les découvrir un peu plus chaque jour et d’approfondir la bienveillance avec moi-même….

Et ce que je sais, c’est que je vais continuer à apprendre comment communiquer davantage avec mon être, avec mon entourage . Dans un premier lieu pour moi, mais aussi pour pouvoir le transmettre à mes clientes et clients.

Et vous, comment la parentalité vous a t’elle transformée?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Adresse

17 rue Le Sillon du Bas Matz
44260 Savenay
France

tel: 06 64 93 71 14
email: rf.no1503516336molas1503516336elleb1503516336asi@e1503516336lleba1503516336si1503516336
Suivez moi sur Google+

Me situer

Demande de contact

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Accompagner, Ecouter, Mettre en mots