Faut-il laisser pleurer les bébés (pour leur faire les poumons)

Home » bébé » Faut-il laisser pleurer les bébés (pour leur faire les poumons)

 

Il a longtemps été dit que laisser pleurer les bébés était nécessaire, qu’ils travaillaient leurs poumons ou leur souffle, et que les prendre allait leur donner de mauvaises habitudes. On a ensuite ajouté qu’écouter les bébés les rendaient capricieux,et qu’il ne fallait pas se laisser attendrir de peur de les gâter…On a parlé de manipulation, d’autorité, etc…

 

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais personnellement, c’est le genre de conseils qui me font froid dans le dos!

Fort heureusement, les connaissances sur les bébés et les jeunes enfants ont évoluées, et grâce aux dernières recherche en pédagogie positive, on sait qu’être à l‘écoute des bébés et des jeunes enfants favorise le développement de leur cerveau.

Cependant, malgré le fait d’être convaincu, et d’avoir maintenant des livres, des dvd, des sites internet à consulter sur le sujet, il est parfois bien difficile de s’en souvenir au cœur de la nuit, avec un nouveau-né qui pleure depuis des heures, ou devrais-je dire depuis des jours.

Les études parlant du syndrome du bébé secoué montre que la plupart des accidents arrivent vers les 2-3 semaines du bébé jusqu’au 6 mois environ du bébé.

Dans un état de fatigue, face à un bébé dont les cris alarmants nous stressent, il arrive que le parent « pète un plomb » et ait un comportement inadapté et dangereux, en secouant le bébé, ou en le frappant…

Personnellement, j’ai toujours été attentive à chercher de l’aide auprès de mon compagnon en cas d’épuisement de ma part, mais j’ai déjà ressenti cette impuissance ou cet épuisement qui me permettent de ressentir de l’empathie pour les parents à bout de nerf,et de chercher des solutions pour les accompagner.

En passant, avoir eu un bébé qui se réveillait tous les 3/4 d’heure la nuit, tétait constamment et qui dormait 20 minutes seulement en journée, ou seulement en écharpe m’a rudement mise à l’épreuve et a été le starter pour moi pour me former à l’accompagnement des bébés et des parents.

 

Je viens de terminer de me former à l’écoute des pleurs du DBL Baby Langage, en plus de mes autres outils me servant à comprendre les bébés.

Ce qui m’a séduite dans cette approche, c’est son côté très concret,très efficace et très rapide . En effet, en deux séances, les parents peuvent apprendre ce qu’autrement ils mettent parfois des mois à remarquer. Ces séances peuvent débuter en fin de grossesse pour leur donner déjà les outils dès le départ. Sinon, je vos recommande de  vous y intéresser le plus tôt possible tant les avantages sont nombreux, et que mes premières sessions ont recueilli des retours enthousiastes.

 

On dit que c’est inné, de reconnaitre les pleurs de son enfant parmi d’autres…et qu’une bonne mère reconnait les pleurs de faim…

Je peux vous faire cette confidence: je suis mère de 3 enfants, en attente de mon 4ème..et je me suis toujours sentie incompétente dans l’écoute des pleurs, malgré mon calme, et ma douceur innée. Le père de mes 3 enfants était, lui capable de les entendre de loin, mais moi, j’avais du mal à isoler leur pleur de celui des autres enfants.

Quant à identifier un pleur de faim…On m’avait toujours dit que dans ma famille, on ne laissait pas pleurer les enfants… A vouloir trop bien faire, je dégainais mon sein en toute occasion, et je devenais ainsi la nourriture physique et affective de mes enfants.

Entre temps, j’ai appris que même dans l’allaitement à la demande, il y a des nuances: proposer immédiatement le sein, à tout bout de champs, c’est aussi ne pas laisser l’enfant exprimer ses autres besoins,physiques ou émotionnels.

A ce sujet, prenez le temps de lire les écrits de Aletha Solters,et de vous  faire votre  propre opinion …

 

Pour revenir à l’écoute des pleurs, il existe 5 sons principaux à découvrir, mais qui change tout dans la façon dont on va s’occuper du bébé.

Savoir identifier la Faim, le sommeil, le rot, les pleurs de coliques et d’inconfort permet de répondre au bébé de différente façon, et de prendre un rythme rapidement,qui  convient à toute la famille.

Exit le doute, voici une sorte de mode d’emploi unique, adapté à votre bébé!

En quelque mot: les pleurs de votre bébé (en particulier de la naissance à ses 4/5 mois) sont le résultats de réflexes physiologiques: réflexe de succion, mouvement du diaphragme, réaction de la peau: votre bébé vous communique ses besoins!

Une fois les pleurs identifié, il n’y a plus qu’à y répondre simplement…

La cerise sur le gâteau,c’est qu’en répondant au besoin de votre enfant, en lui proposant de dormir au son approprié, de faire un rot, en relevant son inconfort, bien souvent les problèmes de mise en place du sommeil ou de coliques s’apaisent rapidement.

et la super-cerise sur le gâteau?

Les papas découvrent qu’ils sont formidables à l’écoute des pleurs, et qu’ils peuvent résoudre la plupart des situations sans avoir à dépendre des seins de leur femmes si elles allaitent, mettant ainsi en place, très tôt, une relation d’attachement basée sur une bonne estime de soi, un sentiment de compétence, ainsi  que le sentiment d’être sur un pied d’égalité avec la maman sur ce point.

 

Pour plus de renseignement, contactez-moi!

 

crédit photo: www.morguefile.com

 

 

 

Comments

  1. GRIVAULT Elise on 7 septembre 2016 at 19 h 59 min said:

    Bjr Isabelle !
    Etant assistante maternelle, c’est très intéressant ce que vous expliquer. Connaitre c’est comprendre les pleurs et du coup ça nous aide beaucoup dans notre métier !

  2. Gress on 1 mars 2017 at 8 h 27 min said:

    Bur je suis assistante maternelle. J ai en ce moment un petite fille ou la maman ne veut absolument pas que sa fille pleurer . Je garde actuellement 4 enfants dont les ages sont 4mois.1 ans 16mois et 2 ans . Comment expliquer à la maman que son enfants à besoin de s exprimé ? Merci de votre réponse .

  3. Isabelle on 3 mars 2017 at 14 h 21 min said:

    Bonjour,
    Les bébés s’expriment effectivement par des pleurs. En moyenne, un bébé pleure environ 2h par jour/nuit. L’écoute des pleurs permet d’identifier les sons préliminaires aux pleurs et permet de répondre rapidement au besoin avant que le bébé ne se mette à hurler.
    En ce qui concerne les pleurs de bébé, il y a mille nuances à entendre!
    Même en maternant les bébés, en connaissant le Dunstan Baby Language, il arrive toujours que le bébé pleure et que les parents ne sachent pas décoder tous les pleurs.
    Ainsi, plutôt que d’essayer d’éviter les pleurs par toutes les stratégies possibles, il est préférable d’accompagner le pleur avec empathie: Avoir conscience que l’enfant éprouve des émotions intenses, qu’il ne fait évidemment pas exprès, et essayer d’être calme, à l’écoute, avec des regards bienveillants. Accueillir le pleur par un regard, un contact, un biberon ou verre d’eau permet au cerveau d’apprendre à vivre l’émotion sans la réprimer, puis à trouver le chemin pour en sortir. Et pour que le cerveau soit éduqué, il faut des centaines de répétitions, tout au long de l’enfance.
    Vous pouvez expliquer à cette maman pour la rassurer que s’il est vrai que les études ont mis en évidence les dégâts du stress d’un bébé qu’on laisse pleurer seul, on a aussi découvert que les pleurs étaient aussi une démonstration d’auto-guérison émotionnelle.
    De même que la peau se cicatrise après une écorchure, le cerveau, le coeur émotionnel se guérissent par un processus subtil qui n’a pas besoin de nous pour décider quoique ce soit. Il faut juste accepter de vivre ce processus jusqu’au bout. Accompagner un bébé, un enfant par un contact et un environnement sécurisant lui permet de vivre sa décharge d’émotion puis de se remettre en contact avec plus de tendresse et d’amour ( à tout âge!), une fois les larmes taries.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Adresse

17 rue Le Sillon du Bas Matz
44260 Savenay
France

tel: 06 64 93 71 14
email: rf.no1496852759molas1496852759elleb1496852759asi@e1496852759lleba1496852759si1496852759
Suivez moi sur Google+

Me situer

Demande de contact

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Accompagner, Ecouter, Mettre en mots