Comment supporter et accompagner les pleurs de notre bébé?

Home » bébé » Comment supporter et accompagner les pleurs de notre bébé?

Être au contact d’un bébé qui pleure n’est pas une chose facile.

On a beau les aimer de tout notre être, les avoir désirés, attendus, on a beau se sentir prêt(e)s à toutes les folies et à se couper un bras pour lui/elle….écouter ses pleurs peut nous sembler insurmontable.

Allo? Le SAV? J’avais « commandé » un bébé qui ne pleurait pas!

Nous avons tous l’espoir d’avoir dès la naissance un bébé calme, qui dort, qui se nourrit bien…Le bébé de rêve, le bébé imaginaire.

A chaque fois, face au mise en garde des personnes qui viennent nous raconter leurs histoires de bébés, une petite voix nous murmure, mutine: « ton bébé sera différent », « tu verras bien », « nous, nous saurons comprendre notre bébé », etc…

Mais dans la réalité, il arrive très souvent que le bébé se mette à pleurer.

Très vite, avec la fatigue, on peut se sentir inquiet, dépassé, énervé, déprimé…

Pourquoi?

Parce que le pleur d’un bébé est calibré pour nous faire réagir, puisque sa survie dépend de nous.

Et quand nous n’arrivons pas à trouver la « solution », nous perdons notre sentiment de compétence, de qui occasionne des sentiments négatifs et des émotions particulières.

Une fois brossé ce tableau peu idyllique, j’ai envie de vous parler de plusieurs approches qui peuvent vous aider à passer ce cap.

Le bébé communique ses besoins physiques

Tout d’abord, exit l’idée (saugrenue) qu’un bébé nous manipule à dessein.

Le bébé pleure parce qu’il a un besoin. Et ce besoin, il ne peut l’exprimer que par une intensité de son.

Comme je l’ai exprimé dans cet article ici, il est tout à fait possible d’apprendre à décoder les pleurs de son enfant.

Une fois qu’on vous montre comment, c’est incroyablement facile, on se demande même comment on a pu passer à côté de ça avant!

Dès sa naissance, votre bébé communique en premier lieu des besoins vitaux pour lui: la faim, le sommeil, le rot, les coliques et l’inconfort.

Mais parfois, cette première écoute ne suffit pas. C’est alors qu’on peut soupçonner que le bébé cherche à communiquer autre chose.

Le bébé communique ses besoins émotionnels

Une fois les besoins de base du bébé pris en compte, le bébé communique également ses besoins sur d’autres plans: émotionnel, mental, spirituel ou énergétique.

Comment se mettre à son écoute?

C’est un peu moins simple que précédemment, parce que cela nous demande d’être centrés, à l’écoute de notre intuition et d’oser faire des suppositions.

Comme je peux en témoigner dans mes consultations, les bébés expriment une infinité d’émotions, de nuances, juste comme nous. Il n’y a pas une façon de parler de la cause du manque de sommeil, des difficultés diverses et variées, mais une infinité.

Je n’ai jamais eu deux consultations qui se ressemblaient avec la méthode de La Parole au Bébé que j’utilise en séance.

Il arrive que les résultats soit rapides et spectaculaires. D’autres fois, il faut un peu plus de temps pour accompagner l’enfant (3/4 séances maxi). Mais à chaque fois qu’on donne la Parole à un bébé, on est parti pour un voyage dans ses émotions, dans son monde, et on ne peut qu’être surpris, bousculés parce qu’ils ont à nous dire.

À la rencontre d’Isabelle, j’ai découvert ce merveilleux outil qu’est la Parole au Bébé. Autant pour mon aînée que pour mon fils, la PAB nous a ouvert une porte jusqu’alors inconnue sur leurs monde respectif. Isabelle, par sa bienveillance naturelle, crée un climat de confiance mutuelle. La 1ère fois, comme je ne connaissais pas, Isabelle a pris le temps, par ses explications, de répondre à certains de mes questionnements.

Ce sont cependant, surtout les effets qu’ont eu cette méthode qui ont parlé d’eux même et levés la totalité de mes interrogations. En effet, pour mon aînée les douches étaient devenus une véritable bataille. Il a suffit d’une séance et quelques jours plus tard, les douches devenaient (enfin) un plaisir partagé.

Quant à mon fils, souffrant de RGO, les nuits étaient un calvaire de cris et de douleurs pour lui, de fatigue et d’épuisement pour tous, et ce depuis 14 mois. Après une séance en solo avec lui, un nettoyage énergétique et un traitement spécifique qu’il « nous a dit » avoir besoin, les douleurs ont disparus instantanément. Cependant il restait plusieurs réveils nocturnes (mais clairement limités par rapport à ce que nous avions connu).

Après une 2ème séance en couple avec bb, tout est rentré dans l’ordre. Quel bonheur de ne plus voir son fils souffrir en se sentant impuissante de le soulager… Je ne peux donc que recommander Isabelle, les faits parlent d’eux mêmes.

Et ça, c’est sans compter sur l’accueil chaleureux et bienveillant d’Isabelle.

Audrey-Anne D., La Planche, (44)

Certains demandent des soins au niveau physique. La plupart ont besoin de se délester d’émotions lourdes. D’autres, enfin, nous font la surprise de s’adresser à nous d’un point de vue spirituel et énergétique: la difficulté est de poser les bonnes questions, mais si ces thèmes ressortent, c’est que c’est important pour eux, tout simplement.

Si vous souhaitez découvrir cette approche pour donner la Parole à votre enfant, n’hésitez pas à me contacter, je me ferais un plaisir de travailler avec vous vers plus de douceur et de communication.

Si vous souhaitez essayer par vous même, sachez qu’il existe une méthode similaire à celle que j’utilise, la Communication Connectée, ou CoCo, qui vous permet de communiquer au quotidien avec votre enfant.

Je vous recommande de découvrir le site internet et surtout d’acheter le livre « J’ai tant de choses à te dire » qui vous expliquera comment commencer pas à pas.

Que faire quand malgré tout ça votre enfant pleure, ENCORE?

Il peut arriver que malgré tous vos outils, vous ne trouviez pas de solutions immédiates.

Cela m’arrive régulièrement, malgré mon expérience de mère de 4 enfants, et de thérapeute.

Peut-être qu’on n’a pas toujours toutes les clés en main. Peut-être, aussi, qu’on n’est pas là pour avoir TOUTES les réponses.

Mais c’est à ce moment-là qu’on a besoin de rester centrer. Indiscutablement.

Un bébé, ça pleure pour des tas de raisons. Parfois, même une raison comme exprimer une grosse joie ou un trop plein d’amour peut le faire pleurer.

En fait, quand vous ressentez une émotion dans votre corps, dans votre coeur, même une émotion que nous aurions tendance à juger comme positive, la sensation peut être inconfortable.

C’est cet inconfort que votre enfant peut exprimer.

Donc un pleur n’est pas toujours un signe que quelque chose ne va pas, mais juste qu’il y a quelque chose d’inconfortable ou d’intense.

Donc si vous avez mis tout votre coeur à le materner, le mettre en sécurité, dans les vêtements les plus confortables qui soient, que vous avez essayé de communiquer avec lui sur ses émotions mais que le pleur continue, cessez de chercher.

C’est le moment, maintenant, d’être vraiment avec lui/elle. Mettez en mode *pause * tout ce que vous aviez à faire, mettrez -vous dans une bulle de temps. Prenez votre enfant contre vous avec le plus d’amour possible, en gardant bien à l’esprit qu’il vit quelque chose de désagréable, quoique ce soit. Marchez, bercez-le en y mettant toute votre douceur et votre patience.

Rappelez-vous les moments de votre vie où vous étiez en détresse. Rappelez-vous que parfois, il n’y a pas de mots à poser, mais juste être avec quelqu’un qui nous tient la main.

Qui est là, présent.

Chercher de l’aide si besoin

Je sais, ça parait long.Très long, surtout la nuit.

Mais vous êtes l’adulte, et cela implique que vous gardiez votre calme, ou que vous cherchiez de l’aide si c’est trop difficile. Il n’y a pas de honte à avoir besoin d’aide: la sécurité de nos bébés dépend de notre capacité à nous entourer en cas de besoin.

Trouvez de l’appui auprès de votre famille, de vos amis ou auprès de professionnels. Mais dans tous les cas, vous devez vous sentir entendu(e)s et soutenu(e)s. Si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à rechercher une autre oreille bienveillante.

Tout passe. Les pleurs passent. Les bébés grandissent, et je vous promets que par la suite, vous ne retiendrez pas forcément tout ça.

Et puis un jour vos bébés vous paraissent grands. Autonomes. Ils n’ont quasiment plus besoin de vous.

Il ne suffit plus de vos bras ou de vos seins, ou de vos bercements pour les consoler.

Ces moments où vous arrivez à arrêter le temps font partie de moments où vous leur transmettez un sentiment de sécurité (malgré l’inconfort ou le douleur de leur corps).

C’est votre positionnement qui peut faire la différence dans la façon dont ils vont prendre les évènements.

C’est ce positionnement qui peut leur permettre de déjà construire leur résilience.

Vous avez, lorsqu’il n’y a plus RIEN à FAIRE, la possibilité d’investir dans votre ÊTRE.

Comments are closed.

Adresse

17 rue Le Sillon du Bas Matz
44260 Savenay
France

tel: 06 64 93 71 14
email: rf.no1512483182molas1512483182elleb1512483182asi@e1512483182lleba1512483182si1512483182
Suivez moi sur Google+

Me situer

Demande de contact

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Accompagner, Ecouter, Mettre en mots