Comment obtenir la coopération de votre enfant (pour se brosser les dents) sans la menace?

Home » Ateliers » Comment obtenir la coopération de votre enfant (pour se brosser les dents) sans la menace?

« J’ai du mal à poser des limites sans qu’il y ait de conséquences. Par exemple, pour le brossage des dents, c’est la guerre avec ma fille. Ce n’est pas raisonnable d’user de ma force, donc je lui dis que si elle ne se brosse pas les dents, je ne pourrais pas lui lire l’histoire du soir. Je ne comprends pas comment poser des limites s’il n’y a pas de conséquences quand elle les franchit ? »

Une excellente question : comment gérer notre enfant sans user de notre force ?

Et se brosser les dents en est un excellent exemple, parce que je n’ai jamais rencontré d’enfant motivé par l’idée de se brosser les dents, ou un parent qui n’a pas été frustré d’essayer encore et encore d’inciter son enfant à se brosser les dents.
Bien sûr, nous serions tenté de les menacer de punition. C’est en fait le seul moyen d’obtenir qu’un humain fasse ce qu’il n’a pas envie de faire. Mais quel coût !

Cela retire du moment du coucher la seule chose qui favorise une belle connection. (l’histoire du soir) . Résultat : un enfant de moins en moins motivé pour coopérer.
Vous perdez l’occasion de lire une histoire avec votre enfant, ce qui est sans conteste une des plus belles interactions avec votre enfant, à la fois intellectuellement et émotionnellement.
Utiliser la menace crée une relation de pouvoir,au lieu de créer une relation dans laquelle votre enfant souhaite coopérer. Et que faisons-nous quand notre enfant ne coopère pas sous notre menace ? Nous le menaçons d’une conséquence encore plus grande. Tôt ou tard, on arrive à une situation bloquée, à moins d’user d’encore plus de violence.
Cela enseigne également à notre enfant qu’un conflit se règle par la menace et la violence, plutôt que de reconnaître les besoins de chacun et trouver une situation gagnant/ gagnant.
Ce n’est pas ce que nous souhaitons.Mais souvent nous insistons , comme par exemple sur le brossage des dents.

Alors, que pouvons nous faire, à la place ?

1. Rester calme.

Si vous vous énervez, cela met votre enfant dans une réaction d’attaque ou de fuite, ce fera de vous son ennemi_ et le rendra moins à même de coopérer.

Prenez une grande respiration et rappelez vous que ce n’est pas une urgence. Vous avez toujours le pouvoir de calmer la tempête, ou de vous enflammer.

2. Considérez les choses du point de vue de votre enfant _ avec sincérité et empathie:

« Tu ne veux vraiment pas te brosser les dents, n’est-ce pas ma puce? Je comprends ça ; c’est rageant de devoir rester là, debout au lieu de jouer…

3. Redéfinissez votre règle:

« Dans cette maison, nous nous brossons les dents. Cela permet de garder nos dents en bonne santé »

4. Donnez-lui ce qu’elle aimerait en utilisant l’imaginaire:

« Je parie que quand tu seras grande, tu ne te brosseras plus JAMAIS les dents. Ou peut-être que tu auras un dentifrice avec un goût tellement délicieux que tu adoreras te brosser les dents !

Les analyses de scanner montrent que lorsqu’on imagine avoir ce que nous voulons, le cerveau indique une satisfaction similaire à celle ressentie quand nous avons réellement ce que nous souhaitons.

Utiliser l’imagination permet donc à l’enfant de se sentir un peu mieux. De plus, utiliser l’imagination permet également de « réfléchir » à des solutions (même farfelues) et de le reconnecter à son cerveau rationnel.

Finalement, vous lui montrez que vous vous préoccupez de ce qui pourrait rendre votre enfant heureux même si vous ne pouvez pas lui donner ce qu’il souhaite.

5. Invitez-le à coopérer en jouant.

Si vous transformez les choses en jeu, vous éliminez la résistance. A moins que vos enfants soit agités ou fatigués, il ne peuvent résister à l’envie de jouer. Alors provoquez-le en le faisant gigoter!.

  • Brossez tout son corps – Son bras, son oreille, son ventre « Est-ce là que je dois brosser ?? » (« Non, Papa, ici! »)
  • Proposez-lui un concours de brossage de dents.
  • Brossez ses dents en commentant tout ce que vous trouvez : : « Est-ce un spaghetti ??…Hé, je crois que j’ai trouvé un trésor ici! »
  • Faites-lui des grimaces pendant qu’il se brosse les dents.

6. Trouvez une solution gagnant/ gagnant.

Si vous y pensez autrement, vous pouvez être plus créative et trouver une solution.

Proposez à votre enfant de prendre part à la réflexion pour trouver une façon de faire qui rendra les choses acceptables à ses yeux.

  • « Hmm. Tu ne veux pas te brosser les dent…ET nous avons besoin de garder ces dents propre pour que le sucre et les autres aliments ne fassent pas de trous…
  • Que pourrions-nous faire pour que les choses se passent au mieux pour nous deux ? »
  • « Veux-tu brosser les dents de ton ours et je brosse les tiennes? »
  • « Veux-tu brosser MES dents pendant que je brosse les tiennes ? »
  • « Et si je te chantais ta chanson préférée pendant que je te brosse les dents? »
  • « Peut-être que je pourrais te tenir pour que tu atteignes le miroir pendant que tu te brosses les dents? »
  • « Veux-tu que je lise pour toi pendant que tu te brosses les dents ? » (Cette astuce peut fonctionner très bien avec des enfants à partir de 6 ans. Ils peuvent même lire par eux-même par la suite tout en se brossant les dents…)

SI vous parvenez à garder votre calme, il est presque toujours possible de trouver une solution gagnante. Bien sûr, ce qui fonctionne une semaine peut ne pas fonctionner la semaine suivante, alors trouver de nouvelles stratégies vous oblige à solliciter votre créativité. Mais au fur et à mesure que votre enfant découvre que se brosser les dents est non-négociable, il y aura moins de résistance.

Est ce que c’est plus de travail que de forcer votre enfant?

Oui. Malheureusement.

Mais c’est beaucoup plus plaisant que de devoir contraindre physiquement ou de punir votre enfant. Et c’est bien meilleur pour son développement parce que vous lui enseigner comment gérer des situations similaires sans avoir recours à la force.

Ce n’est pas du temps perdu, et cela peut devenir un moment de connection dont votre enfant peut tirer quelques leçons :

  • « Maman et papa se soucient de ce que je ressens et essaie de travailler avec moi plutôt que contre moi dans user leur force ou me menacer. Cela me donne plus envie de coopérer avec eux. »
  • « Je ne suis pas une mauvaise personne de ne pas vouloir me brosser les dents. Mes parents me comprennent. »
  • « Les gens peuvent avoir différents avis sur une même situation; et quand nous sortons du conflit, nous pouvons trouver des solutions créatives. »
  • « Se brosser les dents, ce n’est pas si ennuyeux que ça. Cela peut même être drôle, puisque je suis proche de mes parents… »

Cet article est une traduction personnelle de l’article du Dr Laura Markham, ici

Après ces quelques idées, j’aimerais beaucoup que vous me racontiez comment VOUS, vous vous y prenez…

Rejoignez-moi sur ma page facebook pour échanger à ce sujet!

Si vous vous sentez découragée et avez besoin d’aide pour vous connecter à votre enfant, je vous invite à me contacter dès maintenant, car je propose le stage « Consolidez votre harmonie familiale » (anciennement « Comment remplir le réservoir affectif de vos enfants ») le 28 et 29 Novembre à Savenay.

Comments

  1. Laguerre on 2 novembre 2015 at 22 h 21 min said:

    Je lui fais imaginer des bebettes que je trouve et qu il crache et il en rit et me sollicite pour le refaire et continuer 😉

  2. Isabelle on 2 novembre 2015 at 22 h 27 min said:

    bonsoir, MErci pour votre commentaire. J’adore l’idée des ptites bêbêtes! Bravo pour vote créativité!

  3. Vous avez oublié d’écire cette fois-ci que cet article est traduit de celui du Dr. Laura Markham: http://www.ahaparenting.com/BlogRetrieve.aspx?PostID=469916&A=SearchResult&SearchID=9249366&ObjectID=469916&ObjectType=55

  4. Isabelle on 3 novembre 2015 at 0 h 16 min said:

    Bonsoir,
    Merci de m’avoir remis le lien que je viens de rajouter (ce n’était pas volontaire de l’omettre).
    Je recommande vivement la lecture du site ahaparenting.com pour les personnes anglophones: les articles sont d’excellente qualité, et bien sûr, ce n’est pas mon travail de les retraduire un par un.
    Simplement, il arrive que ce soit la réponse que peut rechercher certaines de mes clientes.

  5. bbonjour, l’intrusion dans la bouche de l’enfant est perçu de sa part « comme un viol » quand l’enfant met quelque chose dans sa bouche, je lui demande posement de me le donner …. je commence cet apprentissage dès le plus jeune age… pour les dents, c’est pareil…. le tout petit est dans l’imitation et quand je me brosse les dents, je prends du plaisir a le faire, je chante, je souris …. l’enfant comprend alors que c’est un plaisir …au fil du temps, cela devient une consigne et je lui donne des repères en mettant des affiches à sa hauteur avec de jolis dessins : quand je me lève, je vais aux toilettes, puis je déjeune.. je débarrasse ma table, je l’essuies et je vais me rafraichir le visage. Je me brosse les dents, je vais ensuite m’habiller et prend un peu de temps pour jouer

  6. Isabelle on 3 novembre 2015 at 16 h 25 min said:

    Bonjour,
    Il est vrai qu’introduire quelque chose dans la bouche de l’enfant (ou de qui que ce soit, d’ailleurs) peut être perçu « comme un viol », mais je nuancerais en précisant que c’est lorsqu’il s’agit d’un geste brutal, ou contraignant. Et c’est quelque chose à laquelle j’ai toujours été vigilante. L’idée, dans cet article est de le proposer comme un jeu, ou comme en soin, mais en tout cas avec bienveillance.
    Proposer à l’enfant de se brosser les dent avec lui, ou de le faire pour lui pour lui montrer comment on fait, dans tout les cas, on le présente avec calme et ouverture de façon à ce qu’il puisse aussi être acteur. Et cette notion d’être acteur est importante puisque c’est cette sensation qui lui permet de sentir la différence entre une contrainte (ou une sensation de viol s’il y a brutalité et impuissance à s’y soustraire), et un soin, une habitude qui se met en place ou un acte nécessaire à sa santé, même si ce n’est pas ce qu’il préfère faire de son temps.

  7. Bonjour, ma fille refuse depuis quelques semaines de cracher une fois qu’elle s’est brosser les dents. On a essayer pkein de choses: lui expliquer pourquoi il faut cracher, lui supprimer le dentifrice, lui montrer avec son verre et faire des glouglous, l’ignorer… Bref rien n’y fait. Aujourd’hui son papa s’est énervé et l’a forcé de cracher en la punisant d’une fessé et du coin. Puis en la faisant revenir cracher. Je suis contre cette façon de faire mais cela a fonctionné. Elle a craché sous la contrainte. Quelles conséquences peut-il y avoir à agir ainsi ??

  8. Isabelle on 16 janvier 2017 at 18 h 48 min said:

    Bonjour Emilie, Je n’ai pas de réponses absolue à vous donner, ne connaissant pas votre enfant personnellement.
    Je vais donc ici essayer de vous proposer quelques pistes, comme elles me viennent.
    La première chose qui me vient à l’esprit est de vous demander s’il s’est passé un changement (professionnel, de rythme, émotionnel) au moment où elle a commencé à refuser de cracher. Parfois le refus soudain d’un enfant est une expression de son interrogation sur ce qu’il se passe autour de lui. Tout simplement, en lui expliquant en quelques mots ce qu’il se passe, les choses peuvent rentrer dans l’ordre.
    Evidemment, je commence par quelque chose de simple, et la réalité est souvent complexe. Ainsi, le fait de refuser de cracher peut au départ être une expérimentation qui devant votre (éventuelle) tension devient prétexte à une relation de pouvoir.
    Donc je vous invite à réfléchir à votre tension autour du brossage de dent: est-ce que vous avez peur qu’elle aie mal au ventre? Qu’est ce qui motive votre agacement, ou dans le cas de votre mari son ras le bol? Là encore, aucun jugement. Mais vous poser la question peut vous permettre de rester calme et de ne pas sur enchérir.
    S’il s’agit d’une peur liée à l’aspect physique du dentifrice, personnellement, je contournerais la chose en proposant à mon enfant de se laver les dents avec de l’argile verte ou blanche. Le goût est un peu étrange, et non dangereux. Si elle l’apprécie, elle peut se brosser les dents avec, et si elle préfère l’autre dentifrice, vous pouvez lui ré expliquer que l’autre dentifrice se recrache, et que elle peut l’avoir si elle recrache, ou l’argile si elle ne crache pas.
    En lui expliquant fermement, mais calmement, en accueillant avec empathie,peut-être que c’est bizarre l’argile, etc…elle choisira probablement ce qui est plus agréable pour elle, à savoir, peut-être le goût sucré…
    Vous ne m’indiquez pas son âge, mais il se peut aussi qu’elle ait un jour craché un peu de sang, et que ça l’ai impressionnée?
    Des peurs ou des phrases entendues, des images de dessins animés peuvent rester longtemps imprimés en mémoires: par exemple, dans le cas de certains mangas type Dragonball,les combattants peuvent parfois saigner de la bouche…
    Encore une fois, c’est difficile d’interpréter sans connaitre son âge ou sa situation…
    En tout cas, ça vaut le coût de mener l’enquête, parce que pour ma part, je pense que la bouche est une zone presque intime, et que forcer quelqu’un à manger ou à cracher est une non-bientraitance qui peut laisser des traces amères…
    La bouche est également le lieu où on enferme des paroles, qu’on ne laisse parfois jamais s’échapper. Le climat de confiance entre un parent et son enfant est une chose précieuse qui est à construire et à préserver, ce qui est en général l’objectif de la parentalité non-violente. Garder ce climat intact permet notamment de passer la période de l’adolescence avec plus de douceur.
    Je ne peux donc pas vous prédire quoi que ce soit, mais juste vous encourager à faire de votre mieux pour affirmer votre vision sans avoir recours aux punitions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Adresse

17 rue Le Sillon du Bas Matz
44260 Savenay
France

tel: 06 64 93 71 14
email: rf.no1503506789molas1503506789elleb1503506789asi@e1503506789lleba1503506789si1503506789
Suivez moi sur Google+

Me situer

Demande de contact

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Accompagner, Ecouter, Mettre en mots